La Métropole agit en faveur de la biodiversité

Saint-Etienne Métropole s'investit dans un processus de transition écologique visant notamment à préserver la biodiversité de son territoire.

  • Le contrat vert et bleu : un engagement réaffirmé

      • Présentation du contrat

        Avec le Contrat Vert et Bleu (CVB) pour 6 ans (2016-2021), Saint-Etienne Métropole poursuit sa politique en faveur de la biodiversité, en partenariat avec la Région Auvergne Rhône-Alpes et le soutien de l'Union Européenne.

         Au total, plus de 7 millions d'euros investis sur le territoire et 24 actions de grande envergure sont menées, pour préserver et développer la diversité faunistique et floristique de Saint-Etienne Métropole.

         

        19 maîtres d’ouvrage se sont engagés dans la démarche :

        • Les associations naturalistes (France Nature Environnement Loire, LPO, Fédération des chasseurs de la Loire, le Conservatoire régional des espaces naturels de Rhône-Alpes, le Conservatoire Botanique du Massif Central...),
        • Des gestionnaires d'infrastructures de l'A47, des routes départementales et des voies ferrées.
        • Des institutions (Saint-Etienne Métropole, chambre d'agriculture Loire et Rhône, Université de Jean Monnet,…).

        Ce contrat propose notamment des appels à projet ou à manifestation d’intérêt pour les communes afin de permettre de décliner la trame verte et bleue par des actions locales.

        • Les financeurs et les partenaires

           Ce contrat, prévu pour 6 ans, dispose d’un budget de 7 300 000 €, avec des aides financières de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (1 860 000€) et du FEDER (2 600 000€).

          Logos FEDER

           

          Les signataires du Contrat Vert et Bleu : 

          Logos des signataires du contrat vert et bleu

    • La trame verte, bleue, noire et brune

        • La trame verte et bleue, c'est quoi ?

           La trame verte et bleue est une démarche nationale issue du Grenelle de l’environnement qui a pour objectif minimum de maintenir la biodiversité en favorisant la mobilité des espèces à différentes échelles dans le temps et l’espace.

          Cet outil participe à l’aménagement du territoire en tenant compte des enjeux de la biodiversité. Son objectif est de protéger un réseau écologique cohérent et fonctionnel constitué des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques.

          Elle est constituée :

           

        • Qu'est-ce que la trame noire ?

          La « ville lumière », la « ville qui ne dort jamais », ça vous parle ? La dégradation, la disparition et la fragmentation des habitats naturels nocturnes causées par la lumière artificielle est aujourd’hui un nouvel enjeu de la préservation des milieux. Il est indispensable de restaurer un réseau écologique propice à la vie nocturne : la Trame Noire.

          Tout comme les trames vertes et bleues, il s’agit d’instaurer des corridors écologiques entre les réservoirs de biodiversité avec un niveau d’obscurité suffisant pour la biodiversité nocturne (chauve-souris, mangeuse de moustiques, insectes pollinisateurs comme les papillons de nuit, oiseaux de nuit qui chassent les rongeurs etc.) et pour cela, une solution toute simple : éteindre les lumières !

           

        • La trame brune, c'est quoi ?

          La trame brune vise à préserver les organismes vivants des sols (bactéries, vers, champignons...)

          Un sol vivant permet de :

          • capter l’eau, évitant ainsi les inondations,
          • alimenter la végétation,
          • réguler  la température grâce à l’évaporation des sols,
          • filtrer la pollution en évitant la contamination des eaux souterraines,
          • stocker du carbone dans la terre grâce aux racines.

           

        • Une trame verte et bleue : des retombées économiques et sociales

          En préservant la biodiversité, on entre dans une démarche vertueuse qui bénéficie :

          • à l'économie avec la production de bois énergie, la pollinisation, l'agriculture,...
          • à l'environnement avec l'amélioration de la qualité des eaux, la régulation des crues, la gestion et entretien des espaces naturels...
          • au cadre de vie et au bien-être de tous : mise en valeur paysagère des espaces, accueil d'activités de loisirs...

           

    • Le contrat vert et bleu : objectifs et actions

    • Zoom sur certaines actions de la Métropole

        • Des mares et des haies créées ou préservées dans les secteurs à enjeux

          Depuis plusieurs années, des interventions sont réalisées auprès d’habitants très motivés. Toutes ces actions de création ou de restauration participent à augmenter la biodiversité et à favoriser l’arrivée des espèces qui avaient disparu de notre territoire : 

          • L’entretien des mares contribue au retour de batraciens, de papillons et de libellules : 90 mares ont été restaurées sur 25 communes de la Métropole.
          • Les haies apportent bien-être aux troupeaux dans les pâturages, à la faune auxiliaires (majoritairement les insectes), mais aussi à certains mammifères, oiseaux ou reptiles, en leur offrant abri et nourriture complémentaire : 4000 mètres linéaires de haies aménagées

        • Des ruches pour sensibiliser à la sauvegarde des insectes pollinisateurs : les abeilles

          Les insectes pollinisateurs et les abeilles sont un maillon essentiel de la biodiversité. Ces dernières sont pourtant en danger ! Les populations d'abeilles domestiques ont chuté de 25 % en Europe en 20 ans.
          Saint-Étienne Métropole est propriétaire de ruches, gérées en partenariat avec le Syndicat apicole de la Loire. Elles sont installées sur le site du Crêt de la Faye et sur les toits de la Maison de la Nature dans le quartier de la Cotonne, à Saint-Étienne.
          Aucun pesticide n'étant utilisé pour l'entretien des parcs et jardins, le miel urbain de Saint-Étienne est ainsi d'excellente qualité !
          Certaines de ces ruches sont connectées ! Elles possèdent des capteurs qui permettent de suivre l'évolution des essaims et le cycle des abeilles de façon innovante.

           

        • Accompagnement de 31 exploitations pour une agriculture plus respectueuse de l’environnement

          Les clôtures ont été remplacées par des haies variées capables d’accueillir les insectes et les animaux, conserver les mares (sources de biodiversité et d’aménagement d’abreuvement pour les troupeaux), supprimer les pesticides, développer des prairies fleuries…

           

        • Aménagement de passages pour les animaux

          Aménagement du pont du Breuil sur l’A72, à proximité de la Fouillouse
          Pour permettre le passage des voitures et des animaux des panneaux occultants et acoustiques ont été posés pour limiter le bruit et empêcher la faune d’être éblouie par les phares des voitures ; une banquette enherbée, une mare et des clôtures ont été créées. Plus de 100 espèces d’animaux ont été observées sur le pont grâce à des caméras infrarouges, contre 9 avant les travaux.

        • Installation de passes à poissons pour sauvegarder la diversité du milieu aquatique

          Passe à poissons

           

          3 passes à poissons ont été construites en 2016 et 2017 sur le Furan (2 aux seuils de la Fabrique et des Peupliers à Andrézieux-Bouthéon, et une autre au niveau de la station d’épuration Furania).  

           

          7 nouvelles espèces de poissons sont désormais présentes dans le Furan  Au total, 5,4 km de cours d’eau sont redevenus franchissables par les poissons depuis la Loire.

           

           

           

           

           

           

    • Retour sur le Contrat de Territoire Corridors Biologiques 2011-2015

      Saint-Etienne Métropole a signé en 2011, avec la région Rhône-Alpes, le quatrième Contrat de territoires corridors biologiques (CTCB) de la région. L’objectif de ce contrat était de comprendre les continuités écologiques, de les préserver et de les restaurer.

       

      Le Contrat de Territoire Corridors Biologiques a constitué le premier contrat du genre pour le territoire de Saint-Etienne Métropole. De nombreuses actions ont été conduites dans le cadre de ce contrat :

      • Etude des points de franchissements et des éléments paysagers
      • Etude, gestion et entretien des milieux ouverts non agricoles - Fonctionnalité écologique du réseau bocager) et du réseau de mares
      • Analyse de la connectivité et de la fragmentation des espaces boisés des corridors - Engagements et animation de Mesures Agro Environnementales Territorialisées auprès des agriculteurs (MAET)
      • Etude de la fonctionnalité des points de passage

       

      Mais aussi la mise en œuvre de travaux afin de rétablir la continuité écologique d’infrastructures existantes :

      • Aménagement et guidage de la faune sur l’ancien viaduc du Pertuiset à Unieux
      • Restauration de la trame verte et renaturation de la trame bleue au niveau Gier-Bozançon sous l’A47
      • Aménagement d’un passage à faune sur le pont supérieur de l’A72 lieu « grand Breuil » à La Fouillouse

       

    • La sensibilisation des jeunes à la biodiversité

      Préserver la biodiversité, c’est important. Mais comment préserver quelque chose qu’on ne connait pas bien ? Saint-Etienne Métropole et ses partenaires sensibilisent les enfants aux enjeux de la biodiversité. 

      La Métropole a créé depuis plusieurs années le projet d’écoles écocitoyennes. Des animateurs aident les enseignant(e)s à mettre en place des activités de sensibilisation à la biodiversité :

      • Des journées de sorties scolaires pour participer activement aux plantations de haies afin d’attirer les insectes pollinisateurs (papillons, abeilles), les oiseaux…
      • Création de jardins dans les écoles afin de sensibiliser les enfants à la notion de sol vivant avec la découverte des auxiliaires du jardin (vers, coccinelles, abeilles). L'entretien régulier de ces jardins leur permet de comprendre le processus caché dernière la fabrication de légumes (réalisation de semis etc.)
      • Mise en place de récupérateurs d’eau de pluie pour arroser les jardins
      • Création de nichoirs et de mangeoires pour les oiseaux ainsi que d'hôtels à insectes ou encore de spirales aromatiques afin d’attirer les insectes et de comprendre les différents besoin des plantes
      • Expliquer et montrer aux enfants à quoi servent les corridors écologiques 

      Au total, depuis 2016, plus de 5000 enfants (plus de 240 classes) ont été sensibilisées aux enjeux de la biodiversité sur la métropole !

      > En savoir plus sur la sensibilisation des publics au développement durable