Les rivières "sous contrats"

Les rivières du territoire sont des cours d’eau de montagne souvent générateurs de violentes crues en cas d'intempéries. Elles font toute partie d’un contrat de rivière, qui est un accord technique et financier entre les différentes collectivités, les agences de l’eau et l’Etat.

     

    • Les objectifs

      Ce contrat permet de mener à bien des actions qui visent à la fois à :

      • améliorer la qualité des eaux,
      • mieux gérer les crues,
      • requalifier les rivières, grâce à une restauration écologique.

       

        • On dénombre 4 contrats de rivières sur le territoire :

          • Le bassin versant de la Coise qui fait l’objet d’un contrat de rivière porté par le SIMA COISE : il concerne les communes de Fontanès, Marcenod, Saint-Christo-en-Jarez, Saint-Héand, La Gimond, Saint-Bonnet-les-Oules, Chamboeuf et Saint-Galmier.
          • Le bassin versant Mare Bonson dont le contrat de rivière étant animé par la Communauté d’Agglomération Loire Forez : il concerne les communes d’Aboen, Saint-Nizier de Fornas, et Saint-Maurice-en-Gourgois.
          • Le Furan, l’Ondaine et le Lizeron : le contrat est porté par Saint-Etienne Métropole en tant qu’animateur
          • Le Gier et ses affluents : Saint-Etienne Métropole est co-animateur du contrat, au côté du syndicat mixte du Gier Rhodanien (SyGR).
    • La présentation du bassin versant du Gier

      Le bassin versant du Gier s’étend sur 420 km² et représente environ 370 km de cours d’eau.
      Il a la particularité de présenter des zones plutôt sauvages en amont des cours d’eau (Pilat) et des zones urbanisées en fond de vallée et jusqu’à la confluence avec le Rhône. Il concerne 38 communes (dont 28 faisant partie de Saint-Étienne Métropole).

       
      Le bassin versant du Gier se distingue en 3 zones avec le fond de vallée très urbanisé, le versant Pilat plutôt forestier et le versant Jarez plutôt agricole. 

    • Le contrat de rivière Gier 2022 - 2024

      Un contrat de bassin versant  Gier a été signé avec l'agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse sur la période 2022 - 2024. Il permet de poursuivre :

      • la restauration du lit et des berges des cours d’eau,
      • l’amélioration de la qualité des eaux (en limitant les pollutions, en améliorant les réseaux d’assainissement pour qu’ils déversent moins au cours d’eau...),
      • l'amélioration des connaissances sur le fonctionnement de notre bassin versant (recensement des zones humides, suivis faune et flore...).

       

      Les actions les plus notables sont : 

       

          • La restauration de du lit et des berges du Gier à Rive-de-Gier 2021 -2024

            Les travaux à l’emplacement de l’ancienne verrerie Duralex à Rive-de-Gier ont commencé en 2021. Ce chantier doit durer jusqu’à fin 2024.

            Le phasage des travaux :

            • une reprise et une mise en séparatif des réseaux d’eaux usées (séparation des eaux pluviales et des eaux usées). dans la rue Antoine-Marrel
            • la démolition des bâtiments de l’ancienne usine Duralex gérée par EPORA (Établissement public foncier d’État au coeur de la région Auvergne-Rhône-Alpes)
            • le terrassement des berges, démarré en 2021, se poursuit avec le traitement des déblais contaminés par les activités passées présentes sur le site (industrie).
            • le déplacement du collecteur d’eaux usées actuellement dans le lit du Gier (été 2023).
            • la végétalisation des berges pour garantir une stabilité, permettre la création d’habitat pour les espèces et redonner un cadre de vie agréable aux habitants.
            • la création d'une voie verte et de cheminements piétons le long des berges.

             

            Avant travaux : 

            Duralex avant travaux

            Après travaux : 

            berges du gier après travaux

             

          • La restauration de la rivière du Dorlay à Doizieux en 2020

             

          • La découverture du Gier à Saint-Chamond en 2019

            Coût du chantier : 4 M d'€
            Bilan : 510 personnes sorties de la zone inondable

    • La présentation des bassins versant Furan, Ondaine et Lizeron

      Les bassins versants du Furan, de l’Ondaine et du Lizeron s’étendent sur une superficie de 324 km² (125 km² pour l’Ondaine, 178 km², pour le Furan, 21 km², pour le Lizeron).
      Ils représentent environ 442 km de cours d’eau. Ils concernent au total  32 communes  dont 23 faisant partie de Saint-Étienne Métropole. 

       
      Le Furan et l’Ondaine ont la particularité de présenter des zones plutôt naturelles en amont des cours d’eau et des zones urbanisées en fond de vallée et jusqu’à la confluence avec la Loire.   
      A l’inverse, le Lizeron est plus urbanisé sur le haut du bassin versant et traverse des zones boisées à l’aval.

      carte des bassins versants du Furan, de l'Ondaine et du Lizeron

    • Le contrat territorial Furan, Ondaine et Lizeron 2022-2025

        • Un nouveau contrat de rivières pour 2022 - 2025

          Le contrat territorial remplace les contrats de rivières s’étant déroulés de 2014 à 2019 sur les bassins versant Furan, Ondaine et Lizeron. Il s’agit d’un accord technique et financier entre les acteurs du territoire ayant une volonté d’améliorer la qualité et l’état des cours d’eau. Il permet une gestion concertée et globale à l’échelle de ces 3 bassins versants.

          Il concerne le Furan, l’Ondaine et le Lizeron et leurs affluents. Il est porté par Saint-Étienne Métropole et les autres communautés de communes maitres d’ouvrages (Loire Forez Agglomération, Loire Semène et Monts du Pilat), la coordination est assurée au sein des ententes intercommunales.

          Ce nouveau contrat territoire, dont la 1è période a été contractualisée (2022-2025), 55 actions sont prévues, pour un montant total de 19 M€ (dont 5.9 M € subventionné par l’agence de l’eau Loire Bretagne).

        • Les enjeux

          Il concerne : 

          • Le bon fonctionnement et la continuité écologique des cours d’eau
             Il s’agit par la restauration morphologique du cours d’eau de restaurer ses fonctionnalités et ainsi d’améliorer sa qualité globale.
          • La prévention des inondations 
            Les actions de préservation des milieux aquatiques sont souvent concomitantes ou constituent un aménagement complémentaire à celles de protection contre les inondations
          • La qualité de l’eau superficielle 
            De nombreux rejets, liés à l’assainissement urbain et aux activités non domestiques actuelles ou passées dégradent la qualité des cours d’eau. Un travail particulier de conseil et d’accompagnement sera mené avec les industriels du territoire dans la continuité des précédents contrats.
          • La préservation des têtes de bassin versant et notamment des zones humides 
            Les têtes de bassin versant, bien qu’assez préservées, sont des secteurs fragiles à protéger. La majorité des zones humides du territoire sont situées sur les têtes de bassin. Le piétinement des berges et la présence de résineux doivent ainsi faire l’objet d’une attention particulière.
          • La gestion de l'eau quantitative raisonnée 
            Ce sujet devrait prendre de l’ampleur dans les années à venir en lien avec le changement climatique notamment. Une gestion et une répartition de la ressource en eau suivant les différents usages (eau potable, industries, agriculture) pourrait être nécessaire à moyen ou long terme afin de ne pas remettre en cause le bon fonctionnement des milieux.
        • Les partenaires du contrat

          logos des partenaires

           

    • Les principales actions réalisées sur les précédents contrats de rivière Furan, Ondaine, Lizeron

        • La découverture da la rivière Ondaine à la Ricamarie en 2020 et 2021

          Afin de limiter les risques d’inondation à proximité de la salle Daquin et de découvrir et renaturer l’Ondaine sur ce secteur, un nouveau tracé du lit de la rivière a été élaboré.
          Ce nouveau tracé du cours d’eau est capable de contenir une crue centennale (ayant 1 risque sur 100 de se produire chaque année) sans débordement, de réaliser la renaturation la plus aboutie de la rivière tant sur le plan paysager que sur le plan de la diversité biologique, de créer une voie verte permettant les déplacements mode doux au quotidien et de conserver l’ensemble de usages existant sur le site.

        • Aménagement des berges du Pertuiset

          Les berges du secteur du Pertuiset ont été aménagées avec des techniques végétales qui permettent de reconstituer une rivière naturelle afin de limiter le risque d'inondation. Une voie verte a également été créée en rive droite dans le cadre du plan vélo.

          Ces travaux ont permis de :

          • restaurer 270 ml d'eau
          • planter 6 arbres et 1600 arbustes forestiers
          • supprimer 9500 m3 de terres fortement polluées
          • implanter une catiche à loutres

          Pertuiset après travaux

        • Aménagement des berges du Malval à La Fouillouse

          Le tronçon du Malval situé depuis l’aval de la rue de la Libération jusqu’à son embouchure avec le Furan traverse le centre-ville de La Fouillouse.
          En complément des travaux réalisés sur le pont et les berges, des travaux à l’aval du pont de la rue Sainte-Anne ont été effectués à l’automne 2021 avec les objectifs suivants :

          • réhabiliter de manière écologique et paysagère le Malval dans la traversée urbaine,
          • restaurer une ripisylve (végétation des bords de cours d’eau) fonctionnelle,
          • stabiliser le niveau du fond du lit.

          Les travaux ont permis également de favoriser le déplacement des espèces terrestres et piscicoles et l’insertion paysagère du cours d’eau dans le contexte urbain, ainsi que l’amélioration de la qualité du fond du lit.