La biodiversité de la Métropole

Saint-Étienne Métropole se caractérise par 3 grandes réservoirs de biodiversité (Massif du Pilat, Monts du Lyonnais et Gorges de la Loire).

 

  • La biodiversité, qu’est-ce que c’est ?

    La biodiversité est la contraction de biologique et diversité. C'est la vie !

    C'est le tissu vivant de notre planète : l'ensemble des milieux naturels et des organismes vivants (les animaux, les plantes, les champignons, les bactéries...), et les relations et interactions qui existent entre eux. La biodiversité actuelle résulte de la longue et lente évolution de notre planète, les premiers organismes vivants connus datant de près de 3,5 milliards d'années !

    L'Homme est un des éléments de cette biodiversité et celle-ci est indispensable à sa survie. La biodiversité lui permet en effet de se nourrir, de trouver des ressources pour produire de l'énergie, de se soigner (les médicaments viennent pour la plupart de molécules issues de plantes ou d'animaux).

     

    faune

    3 niveaux de biodiversité interdépendants :

    • la diversité des milieux de vie à toutes les échelles (océans, prairies, forêts… mais aussi la simple petite mare ou les espaces végétalisés en ville) ;
    • la diversité des espèces (y compris l’espèce humaine) qui vivent dans ces milieux, en relation les unes avec les autres ;
    • la diversité des individus au sein de chaque espèce.

     

    Mais qu’elles soient rares ou ordinaires, protégées ou non, toutes les espèces jouent un rôle essentiel dans l’équilibre des écosystèmes et doivent être protégées. 

     

  • Les corridors et réservoirs de biodiversité du territoire

    Située entre les Alpes et le Massif Central, Saint-Étienne Métropole est sous influence de 3 climats, continental, océanique et méditerranéen, ce qui lui donne une variété de paysages, une nature riche à préserver.

    Notre territoire est un carrefour d’échanges pour la faune et la flore entre plusieurs ensembles écologiques préservés. La Métropole lutte contre la fragmentation des milieux naturels (routes, rail…) en favorisant la préservation des réservoirs et la création de corridors écologiques.

      • 3 grands réservoirs de biodiversité

        Les réservoirs de biodiversité sont des espaces où la biodiversité est la plus riche et la mieux représentée, où les espèces peuvent effectuer tout ou partie de leur cycle de vie.
         

        Le Massif du Pilat
        Belvédère avancé au-dessus de la vallée du Rhône, le Pilat présente un caractère original qui le distingue des autres montagnes du Massif central : c’est le territoire le plus oriental, le plus continental, le plus habité en altitude, le plus proche de grands centres urbains aussi. Ce massif sépare les fleuves de la Loire et du Rhône du haut de ses 1 431 m d’altitude. Ses sommets appelés « crêts » sont constitué de roches datant d'environ 300 millions d’années. 
        La zone nord du Massif du Pilat faisant partie de la Métropole se caractérise par une succession de vallées profondes et encaissées, assez tortueuses, essentiellement boisées, reliées entre elles par des plateaux où dominent les activités agricoles qui façonnent un paysage de bocage. Malgré sa petite taille, ce territoire présente une très grande diversité de végétations et héberge une flore remarquable.

        Les gorges de la Loire
        Située au sud-ouest de la Métropole, les gorges de la Loire forment un espace naturel exceptionnel de 4000 hectares à 15 minutes des portes de Saint-Étienne, où différents milieux naturels se côtoient. 
        De Saint-Paul en Cornillon à Saint-Victor-sur-Loire, les gorges de la Loire présentent un relief et un climat hétéroclites, permettant de faire vivre une faune et flore d’exception. Ses paysages pittoresques varient entre la grande étendue du plan d’eau de Grangent et les plateaux ou bourgs médiévaux perchés.
        Une partie des gorges de la Loire est aujourd’hui protégée en tant que site classé. C'est une réserve naturelle régionale de plus de 350 ha caractérisée par une grande diversité de milieux naturels forêts de feuillus et forêts mixte, pelouses et prairies, landes et zones rocheuses. Elle abrite de nombreuses espèces ornithologique (pic-noir, hibou grand-duc d’Europe, milan royal, circaète-Jean-le-blanc, etc.), des plantes rares (asarine couchée, calament des bois, myosotis de balbis, etc.), des insectes, des reptiles et des mammifères (chauves-souris, le petit papillon azuré du serpolet ou le coléoptère lucane cerf-volant).
        > Plus d’infos sur www.reserve-regionale-gorges-loire.fr

        Le pôle d'activités de pleine nature de Saint-Victor-sur-Loire offre la possibilité de découvrir cet environnement privilégié avec des parcours aménagés pour la randonnée et l'escalade ainsi qu'une variété de sports nautiques (voile, paddle, canoé, kayak, pédalo, bateaux électriques sans permis, bateau croisière..).

        Les Monts du Lyonnais
        Dominant la plaine du Forez et la vallée du Gier, les monts du Lyonnais présentent un relief vallonné. Ses paysages font alterner des plateaux souvent étroits, des crêtes forestières, des versants occupés par des prairies ou des cultures.

      • 6 corridors écologiques

        Il s'agit d'espaces qui assurent des connexions entre des réservoirs de biodiversité, permettant aux espèces de se déplacer et de se développer.

        Il existent 6 grands corridors écologiques d'enjeu régional sur le territoire :

        • Des Gorges de la Loire au massif du Pilat : le corridor d’Unieux,
        • Des Monts du Lyonnais aux Gorges de la Loire : le corridor de La Fouillouse et celui de Saint-Genest-Lerpt,
        • Des Monts du Lyonnais au Massif du Pilat : le corridor de Saint-Jean-Bonnefonds et celui de Tartaras.

         

         

  • Une biodiversité fragile à préserver

    Papillon

     

    La biodiversité est menacée par la dégradation ou la destruction des milieux et habitats naturels du fait :

    • de l’urbanisation et du développement des infrastructures de transport,
    • de la surexploitation d’espèces sauvages avec la surpêche,
    • de la déforestation, du braconnage, des pollutions de l’eau des sols et de l’air,
    • du changement climatique qui modifie les conditions de vie des espèces,
    • de l’introduction d’espèces exotiques envahissantes...

     

    Plus d’1/4 des 20 000 espèces présentes en France sont menacées ou ont disparu.
    25% des papillons, soit 260 espèces, sont menacés en Auvergne-Rhône-Alpes.