La biodiversité et moi

Mes activités quotidiennes ont toutes un impact sur la biodiversité (se nourrir, se déplacer, se chauffer, se loger...). On peut donc tous agir, individuellement, pour la préserver.

  • Dans mon jardin

    Pour favoriser la biodiversité dans mon jardin, je peux : 

    • ne plus utiliser de pesticides, vous servir des auxiliaires de jardin (les coccinelles pour lutter contre les pucerons, les vers de terre pour aérer la terre...),
    • laisser une zone de prairie fleurie ou un coin de jardin en friche pour favoriser la pollinisation,
    • pratiquer la permaculture (démarche de conception éthique qui permet de favoriser la biodiversité de manière naturelle dans son potager),
    • favoriser les plantes mellifères (celles qui ont les meilleures fleurs à butiner, avec le plus de pollen et de nectar possible) : l'ail des ours, la lavande, le thym, la jacinthe, le pissenlit...
    • planter des variétés locales d’arbres fruitiers ou des rosiers anciens plus résistants aux maladies,
    • planter des haies avec des espèces locales et variées, 
    • installer une mare,
    • laisser des passages dans les clôtures pour les petits mammifères comme les hérissons,
    • fabrique et installe des hôtels à insectes ou des nichoirs,
    • mettre en place un compost et/ou un poulailler pour réduire vos déchets, tout en profitant d'oeufs frais ou d'un compost de qualité gratuits ! En plus, la Métropole vous offre une aide financière.
    • limiter votre consommation d'eau : arroser tôt le matin ou tard le soir, au pied des plantes, pour éviter l'évaporation et économiser l'eau et biner régulièrement la terre pour limiter l'évaporation,
    • mettre en place un paillage pour conserver l'humidité du sol, et donc limiter l’arrosage,
    • installer un récupérateur d'eau de pluie.

     

  • Sur mon balcon ou ma fenêtre

    balcon

    Je n'ai « qu’un » balcon ?
    Pas de problème, la biodiversité n’a pas besoin d’espace immense pour s’installer.
    Je peux  :

    • Avoir un potager urbain. Je me renseigne d’abord sur la capacité de charge de mon balcon et ensuite, je plante ! Dans des bacs, des pots, des sacs en toile de jute, je peux adapter mon potager aux contraintes d’espace. Attention de regarder l’exposition au soleil de mon balcon.
    • Planter des fleurs mellifères qui attireront les insectes même en pleine ville.
    • Créer des hôtels à insectes en faisant par exemple des trous dans une bûche.
    • Poser une soucoupe d’eau pour que les oiseaux puissent s’abreuver ou se rafraichir (à changer régulièrement pour éviter les moustiques)
    • Installer un petit nichoir en utilisant un tuto
    • Installer un lombricomposteur (offre de 50 euros de la Métropole) pour avoir un beau compost pour le potager urbain ou les plantes d’intérieurs ou encore un bokashi (comme le lombricomposteurs mais sans lombrics), il faut ajouter une solution de micro-organisme qui vont « digérer » les aliments) si les vers me dérangent.

     

    Je n'ai « qu’une » fenêtre ?
    Pas de problème, je peux tout de même : 

    • Installer une ou plusieurs jardinières ornées de plantes mellifères
    • Installer un petit nichoir pour les oiseaux de passage
    • installer un lombricomposteur ou un bokashi à l’intérieur de mon appartement. Si je suis la bonne méthode, je n’aurais pas de mauvaises odeurs ! Et je pourrais alimenter en compost mes jardinières ou répandre le terreau dans les jardins collectifs !

     

  • Dans ma maison

    Je cuisine sainement et responsable en :

    • privilégiant les produits locaux, de saison, raisonnés voire biologiques (car sans traitement chimique, ils sont meilleurs pour ma santé et la qualité des sols),
    • cuisinant moi-même,
    • réduisant, triant et compostant mes déchets,
    • évitant le gaspillage,
    • me renseignant sur l'origine des produits, grâce aux labels ou certifications.

     

    Je réduis ma consommation énergétique en :

    • ne laissant pas les appareils en veille, je les débranche,
    • privilégiant les ampoules à basse consommation ou à LED et les appareils électroménagers basse consommation,
    • régulant la température : 19° le jour, 16° la nuit, c'est bien !
    • préférant les douches aux bains,
    • installant un mousseur pour les robinets et une chasse d'eau double débit pour les toilettes,
    • faisant vérifier mes installations pour repérer d'éventuelles fuites,
    • faisant réparer plutôt que d’acheter,
    • pensant à acheter des équipements de seconde vie,
    • engageant des travaux de rénovation énergétique et d’isolation chez moi pour éviter les déperditions d'énergie et gagner en confort thermique : privilégier en premier lieu l'isolation du toit et des combles, responsables de 30 % des pertes énergétiques, changer de chaudière afin d'en choisir une moins énergivore,...
    • prenant conseil auprès de Plateforme Rénov'actions 42 pour être accompagné dans mon projet de rénovation.