Le plan vélo métropolitain

En 2019, Saint-Étienne Métropole a lancé un ambitieux plan vélo. Celui-ci contient un ensemble de mesures destiné à tripler le nombre de déplacements en vélo dans la métropole d'ici 2030.

  • Les objectifs

    La Métropole vise à encourager la pratique du vélo en répondant à plusieurs objectifs : 

    • Améliorer les conditions de santé des habitants de la métropole
    • Réduire les émissions de gaz à effet de serre et les émissions de particules fines
    • Faire redécouvrir aux habitants de la Métropole nos centres-villes et centres-bourgs
    • Faire découvrir le territoire métropolitain à des personnes venant de l’extérieur
    • L’accès à une mobilité pour tous et à un moindre coût
    • Réduire le sentiment d’insécurité lié à la pratique du vélo
    • Valoriser et développer les savoir-faire locaux en matière de développement économique et d’innovation sociale

     

  • Développer un réseau métropolitain structurant

      • 110 kilomètres de liaisons vélos

        L’ambition principale du plan métropolitain est de développer d’ici 2030 un réseau structurant de 110 kilomètres de liaisons vélos permettant de relier entre elles le maximum de communes de la Métropole.

        Ces liaisons pourront prendre différentes formes d’aménagement : des voies vertes, des pistes cyclables, des bandes cyclables,…

        L’objectif de ce réseau structurant est de permettre aux habitants d’effectuer leurs déplacements de type domicile/ travail, domicile/études ou domicile/loisirs par le vélo en leur apportant de la sécurité et du confort.

        À ce jour, 21 km de ce plan sont, soit déjà couverts par des aménagements cyclables, par exemple : 

        • Des aménagements cyclables de qualité (pistes double sens, trottoirs partagés) sur environ 3,5 km le long de la troisième ligne de tramway dans les secteurs Colonel Marey, Soleil, Zénith, Technopôle.
        • Création de la Voie Verte Stade - Technopole (4 km).
        • L’utilisation de contre-allées pour des itinéraires vélos sécurisés (Bd Jules Janin, Cours Fauriel).
        • Création d’une piste cyclable dans le cadre de la 1ère tranche de la reprise du Bd Alexandre de Fraissinette à Saint-Étienne
      • Une offre de service qualitative

        Au-delà d’être une infrastructure, ce réseau structurant doit apporter un niveau de service élevé à ses usagers. L’éclairage, la signalisation et la protection des usagers pour la traversée des carrefours seront ainsi pris en compte dès la réalisation du réseau.

        Des équipements seront aussi installés pour accroître le confort de l’usage de ce réseau : postes de gonflage, station de lavage, lieux de stationnement pour les vélos, bornes de recharge pour les vélos à assistance électrique,…

      • Des financements extérieurs

        Pour réaliser le schéma structurant, la Métropole se fixe comme objectif d’obtenir 30% de cofinancements de la part de l’État (y compris via ses opérateurs : ADEME), de la Région et du Département. Sans souci d’exhaustivité, peuvent être cités :

        • Le fonds national « mobilités actives » :
          Ce fond national a pour objet de participer au financement d’aménagements qui visent à résorber des discontinuités dans des itinéraires cyclables provoquées par des grandes infrastructures routières, des voies d’eau,…
        • Plan véloroutes et voies vertes de la Région : 
          La Région Rhône-Alpes souhaite aider à l’aménagement d’un réseau structurant de voies vertes en finançant la réalisation de plus de 400 kilomètres d’infrastructures nouvelles entre 2017 et 2020.
  • Encourager l'usage du vélo en proposant des services adaptés

      • VeliVert : d’avantage d’usagers et des nouveaux services à venir

        Aujourd’hui, 30 stations sont déployées essentiellement sur la ville de St-Etienne et sur le CHU Nord. Elles répondent dans l’ensemble aux besoins d’usage du Vélo en Libre-Service, dans les conditions actuelles de déplacements à vélo à St-Etienne.

        Demain, la Métropole ambitionne de proposer un réseau de 40-45 stations soit une douzaine de stations supplémentaires au réseau actuel.

        Au-delà des infrastructures VeliVert, l’usage de ce service est amplifié par les interfaces créés avec Moovizy 2 qui permet à un utilisateur occasionnel de VeliVert de pouvoir réserver et payer sa location à partir de son mobile.

      • Une aide financière directe pour l’achat de vélos à assistance électrique

        La Métropole encourage l’usage des vélos à assistance électrique au travers de deux dispositifs :

        • La location longue durée de VAE par le service Vélivert : une centaine de vélos sont proposés au tarif au 20€ mensuel et 50€ pour un trimestre. 
        • Saint-Étienne Métropole a décidé en outre de mettre en place un dispositif d’aide à l’acquisition de Vélos à Assistance Electrique (VAE), destiné aux particuliers demeurant sur le territoire de la Métropole
  • Aménager un maillage de proximité

    La mise en œuvre du plan vélo repose sur une mobilisation forte des communes pour organiser un maillage de proximité permettant aux usagers de pouvoir circuler en vélo facilement dans les communes avec une attention particulière pour l’accessibilité vélo des gares, des grands équipements, des arrêts STAS situés sur les lignes fortes métropole.

    Ce maillage de proximité s’appuiera sur les aménagements suivants qui seront définis en fonction des besoins identifiés avec les communes :

    • Création ou élargissement des zones 30 : ce type d’aménagement permet de diminuer l’accidentologie vélo / voiture.
    • Instauration à certains feux de signalisation des panneaux cédez-le-passage « cyclistes » donnant une priorité de circulation au cycliste.
    • Création de sas vélos à certains carrefours à feux pour éviter le phénomène de l’angle mort et pour placer les cyclistes devant les véhicules motorisés ce qui leur permet de démarrer en toute sécurité
    • Jalonnement pour apporter des informations directionnelles et de temps de parcours.
    • Marquage au sol pour permettre le double sens vélo sur certaines voiries

     

  • Produire un urbanisme plus favorable à l'usage du vélo

    L’élaboration du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUi) métropolitain offre une réelle opportunité pour définir collectivement des principes d’urbanisation et d’aménagement opérationnel qui facilitent l’usage du vélo par les habitants : 

    • Inscription du réseau métropolitain structurant pouvant aller jusqu’à l’inscription de servitudes facilitant la réalisation des parties les plus contraintes du réseau métropolitain structurant.
    • Inscription dans les orientations d’aménagement programmatiques se rapportant aux nouvelles zones d’urbanisation de la création de cheminements piétonniers permettant un usage partagé pour relier les nouvelles zones d’habitat avec les centralités, les pôles d’échanges multimodaux.
    • Dispositions réglementaires pour favoriser la création de locaux vélos dans les nouvelles constructions en recherchant leur mutualisation et en étant veillant à la qualité de leur insertion urbaine.

     

    À une échelle plus opérationnelle, les démarches éco-quartiers menées dans plusieurs communes de la Métropole intègrent d’ores et déjà des aménagements pour faciliter l’usage du vélo en leur sein.

  • La mise en oeuvre du plan vélo

      • La gouvernance du plan

        Un comité de pilotage se réunira deux fois / an pour suivre l’avancement du plan vélo métropolitain.

        Le souhait de la Métropole est de s’appuyer sur un partenariat avec les associations locales, dont l’association Ocivélo, pour :

        • concevoir les aménagements favorables à l’usage du vélo,
        • concevoir les actions de sensibilisation auprès du grand public,
        • identifier les petits dysfonctionnements du quotidien.

         

      • Volet organisationnel

        Les missions d’ingénierie consistant à définir la programmation de la réalisation du schéma structurant métropolitain et celle des plans communaux seront réalisées par la Direction des Transports et de la Mobilité, l’agence d’urbanisme Epures, l’Agence locale de l’énergie et du climat (ALEC) de la Loire et les référents techniques désignés par les communes.

        Un chef de projet « plan vélo métropolitain » a été désigné. Il a pour mission de mettre en œuvre le plan vélo métropolitain et fédérer pour cela les communes, les employeurs, les associations d’usagers et l’ensemble des intervenants techniques.

      • Évaluer l’impact du plan sur la pratique du vélo

        L’enquête ménage qui sera réalisé en 2019 et 2020 par l’agence d’urbanisme Epures sous maîtrise d’ouvrage de la Métropole permettra ainsi de disposer de données précises sur les déplacements effectués en vélo au sein de la métropole.

        Il conviendra de compléter cette enquête exhaustive par des données plus qualitatives qui existent déjà au travers de la production de baromètres par plusieurs réseaux associatifs.

        Enfin, à la suite de la mise en service d’aménagements structurants, des campagnes de comptage pourront être organisées de façon à suivre l’évolution de leur fréquentation.

  • 31 millions d'euros investis par la Métropole

    Entre 2019 et 2029, 31 millions d'euros seront investis par la Métropole afin de réaliser le plan vélo.

    • 1 million €/an pour la réalisation du réseau structurant
    • 1 million €/an pour la réalisation d’aménagements cyclables de proximité
    • 2 millions € sur la période 2021-2026 pour le renouvellement du système de prêt des vélos en libre-service (VeliVert)
    • 700 000 € à compter de 2019 pour l'installation des consignes à vélos
    • 500 000 €/an de frais d’exploitation de VeliVert, des consignes à vélos et du système de location longue durée de vélos
    • 60 K €/an dès 2019 et 2020, puis 100 K €/an à compter de 2021 pour les aides financières apportées à l’acquisition de vélos à assistance électrique

     

    Sur la base de ces orientations, les moyens financiers alloués par la Métropole au plan vélo métropolitain seront de 3,1 M€/an soit un investissement de 31 M€ entre 2019 et 2029. L’objectif est aussi de parvenir à obtenir 10 M€ d’aides financières complémentaires sur cette même période auprès d’autres financeurs (Département, Région, Etat, ADEME,…).

    Les moyens financiers globaux consacrés à la mise en œuvre du plan vélo métropolitain devraient donc atteindre 41 M€ sur la période 2019-2029.