Publié le 22/01/2019

Descriptif

Saint-Étienne Métropole soutient 500 entrepreneurs, dont Benjamin Dusser et Sébastien Landon, fondateur de Qiova, la PME qui révolutionne le marquage laser dans l’industrie.

Benjamin et Sébastien, fondateurs de Qiova

Quel est le point commun entre une montre de luxe et une pièce d’avion ?

Ces deux produits ont besoin d’un marquage, une sorte d’empreinte digitale qui les protégera de la contrefaçon et attestera de leur origine.
Ces marquages, souvent d’une taille inférieure au millimètre, sont apposé au laser directement sur les chaînes de production. Sauf qu’avec les progrès de la contrefaçon, marquer les pièces devient de plus en plus complexe et ralentit les cadences de production.
C’est là qu’interviennent Benjamin Dusser, Sébastien Landon. Hébergée au sein du pôle entrepreneurial de Saint-Étienne Métropole, au bâtiment des hautes technologies, leur société, QIOVA, a breveté une solution qui permet de marquer les pièces à la volée, sans ralentir la chaîne de production. Rien de moins !
 

Deux étudiants entrepreneurs

Très tôt, au cours de leur thèse au laboratoire Hubert-Curien de l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne, Benjamin et Sébastien, tous deux docteurs en physique, identifient, chez les industriels, cette double problématique de traçabilité et de productivité.

À force de chercher la solution, ils trouvent ! À la sortie de leur thèse, ils intègrent l’incubateur USE’IN de l’université Jean-Monnet, qui permet d’accompagner les étudiants dans la création de leur entreprise.

« Au sein de USE’IN, nous avons bénéficié de locaux et d’un coaching dans le process de création de la société, tout en ayant accès aux plateformes techniques  de l’école d’ingénieur Télécom Saint-Etienne, de l’université Jean Monnet pour réaliser nos tests et faire nos premières preuves de concepts. » 

 

Les trois + de l’hébergement à Saint-Étienne Métropole

Benjamin Dusser et Sébastien Landon créent leur entreprise, QIOVA, en 2011. Ils sont hébergés par Saint-Étienne Métropole au bâtiment des hautes technologies où ils bénéficient d’un accompagnement personnalisé. « Du sur mesure ! », précise Benjamin Dusser. Pour QIOVA, l’hébergement à Saint-Étienne Métropole fut triplement bénéfique !

 

1. Un hébergement adapté à la croissance de l’entreprise
« Au début, nous avons débuté dans un simple bureau. Puis nous avons eu besoin d’ateliers et, dans un deuxième temps, de surfaces complémentaires quand nous avons commencé à recruter. L’intérêt du pôle entrepreneurial de Saint-Étienne Métropole a été de nous permettre d’adapter nos locaux (et donc nos charges) à notre croissance. »

 

2. L’apport de compétences périphériques
« A la création, nous maîtrisions la physique, l’optique et la photonique… mais pas le droit des affaires ! Saint-Étienne Métropole nous a mis en relation très facilement avec des experts-comptables, des juristes et des organismes capables de nous aider et de financer notre développement. »

 

3. Un effet réseau
 « Nous avons décroché un important marché avec un client en nous alliant avec une autre entreprise stéphanoise spécialisée dans la mécanique. Elle nous a aidés à concevoir de A à Z une machine de production sur laquelle nous avons installé notre tête laser. À Saint-Étienne Métropole, l’effet « communauté entrepreneurs » joue à plein. Dans les pépinières, on se retrouve autour de la machine à café. Il est facile de trouver et de mobiliser des partenaires. »

 

> Voir comment Saint-Étienne Métropole soutient les entrepreneurs

 

Le design, créateur de business

Trois ans sont nécessaires à QIOVA pour la mise au point de sa solution : une tête laser nouvelle génération capable de réaliser l’intégralité d’un marquage en un seul tir, en un éclair pourrait-on dire, quand les autres systèmes lasers traditionnels doivent balayer longuement, trop longuement, un faisceau laser à la surface de l’objet pour le traiter.

Dans la capitale du design, cette tête laser a été dessinée avec le soutien du collectif Designers +. « De cette collaboration avec les designers, est née cette forme en tête de marteau qui suggère le tir unique de notre laser, et qui symbolise parfaitement notre innovation », se réjouit Benjamin Dusser.

 

 

« Ce design nous a valu plusieurs prix dont celui d’un concours organisé dans le cadre d’un salon international de référence de l’optique, ENOVA ou encore de la micro-technologie, Micronora. Et, plus surprenant encore, il est en train de devenir la référence dans notre secteur d’activités ».

> Ce que la Cité du Design propose aux entrepreneurs pour l’accompagnement de leur projet

 

Un potentiel de développement gigantesque

Le potentiel de développement de QIOVA est gigantesque. L’entreprise stéphanoise, qui fabrique aujourd’hui sa tête laser à l’unité, prépare une levée de fond pour l’industrialisation et la commercialisation de sa technologie innovante  en série. Son marché, aujourd’hui européen, devient progressivement mondial, avec une forte clientèle asiatique.

Ses clients peuvent venir tester le procédé très simplement et très rapidement à Saint-Étienne, dans ses ateliers du Bâtiment des Hautes Technologies.

En 2019, QIOVA, qui emploie dix salariés, envisage de quitter sa pépinière, le bâtiment des hautes technologies, pour une zone d’activités de la Métropole. Cocoonée par Saint-Étienne Métropole dans ses jeunes années, l’entreprise s’apprête désormais à voler de ses propres ailes.

QIOVA se positionne dans le secteur de l’industrie fiduciaire (pièces de monnaie), horlogerie, aéronautique ou encore médical. Mais le potentiel de l’innovation et les capacités du laser FemtoSeconde (pour les matheux, femto seconde = 10-15 seconde) lui ouvrent des horizons nouveaux comme le micro-usinage haute-cadence (texturation de surface, micro-perçage, découpe de verre, …).

QIOVA vise un chiffre d’affaires de 3.5 millions d’euros d’ici 5 ans (il est de 800 000 € aujourd’hui). Ambitieux ? « Pas tant que ça, au regard du marché qui s’ouvre », répond Benjamin Dusser.
 

Catégorie de l'actualité
Economie