Descriptif

Chaque année, Saint-Étienne Métropole accompagne plusieurs écoles dans une démarche éco-citoyenne. Un dispositif malléable, qui leur permet de sensibiliser les plus jeunes à la préservation de leur planète.
Rencontre avec Jacques Chauvet, directeur du groupe scolaire Jean-Jaurès et Jean-Jacques Rousseau au Chambon-Feugerolles, inscrit dans le dispositif depuis la rentrée 2017.

 

Pourquoi avoir décidé de participer au dispositif « écoles éco-citoyennes » ?
Parce qu'il s'inscrit dans notre projet d'école, autour du « vivre ensemble ». Il y a quelques années, nous avions des problèmes de violence, dans et en dehors de l'établissement. Ils nous ont conduit à engager des réflexions sur les enseignements, les méthodes pédagogiques, la violence que l'école pouvait renvoyer en tant que bâtiment. Nous avons changé beaucoup de choses, nos outils pédagogiques, nos méthodes d'enseignement, nous avons systématisé le travail en ateliers, créé des conseils de coopération au sein des classes...
Adhérer au dispositif d'école éco-citoyenne fait partie de ce projet plus global et participe du fait que les enfants sont acteurs de l'école et de sa transformation.

 

Comment ce dispositif se traduit-il ?
C'est un processus sur trois ans, que nous avons initié l'an dernier. Chaque année scolaire est l'occasion de travailler sur une thématique particulière. L'an dernier, il s'agissait de la gestion de l'eau, cette année ce sera les déchets, et l'an prochain l'objectif est de mettre en place un jardin partagé entre les cours maternelle et élémentaire.
Pour chaque thématique, nous nous forçons à passer par trois étapes : scientifique, artistique et une partie débat/philosophique.

 

Comment Saint-Étienne Métropole vous accompagne-t-elle ?
Par la proposition et le financement d'interventions en classe et de sorties. La Métropole connaît les structures et nous oriente sur des animations qui pourraient s'intégrer dans notre projet. Grâce à son soutien, il est très facile de bénéficier de l'intervention de professionnels en classe, et tous les déplacements (dans le cadre de sorties) sont pris en charge, ce qui est très facilitant !
L'an dernier par exemple, nous avons bénéficié de plusieurs interventions de la Frapna (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature) et de l'association d'éducation à l'environnement Millefeuilles, et avons pu organiser des sorties à l'écopôle du Forez, à Marlhes, visiter des barrages, une station d'épuration, les jardins de la Frapna à La Cotonne...

 

L'un des objectifs du dispositif est de créer une dynamique à l'échelle du quartier. Comment y parvenez-vous ?
C'est effectivement l'un des objectifs des deux dernières années. L'an prochain, nous comptons enrôler les centres de loisirs, le centre social Cré actifs qui a un projet de jardin partagé, les serres municipales... Et cette année, nous avons contacté des associations qui collectent et recyclent des stylos, des bâtons de colle usagés, etc. Nous souhaitons travailler avec le lycée Testud pour la mise en place d'un goûter 0 déchets et comptons également intégrer à la démarche les parents d'élèves, leur faire encadrer des groupes d'enfants, mettre en place des espaces de dons entre eux : boîte à livres, marchés aux vêtements... C'est une initiative qui part de l'école mais doit rejaillir sur tout un éco-système.

 

Quelle est la réaction des enfants ?
Ils sont très enthousiastes ! Les domaines scientifiques et environnementaux sont pour eux très porteurs. Les projets mis en œuvre le sont à leur initiative. Nous les rendons ainsi acteurs de leur apprentissage, ce qui est plus intéressant pour eux.
C'est finalement le même principe à l'échelle des écoles. Ce sont elles qui sont à l'initiative de la démarche, Saint-Étienne Métropole ne nous propose pas un projet clé en main. C'est ce qui nous intéresse : pouvoir monter nos propres projets en bénéficiant d'un accompagnement qui est réel.

 

Le dispositif a-t-il déjà montré des résultats ?
Il participe clairement à l'apaisement du climat ! L'an dernier, nous n'avons eu aucune bagarre à déplorer. Une fois mené à son terme, le projet modifiera complètement le paysage de la cour. Et tous les enfants y auront participé !

Catégorie de l'actualité
Développement durable